posté le 16-11-2009 à 13:41:13

Noemie M

Quand Noemie donne de la voix.

 







 

Site tout neuf : 

 

http://noemiem.weebly.com/

 

 

 

 


 
 
posté le 16-11-2009 à 13:51:35

Hilary James : presentation du projet

Présentation de Hilary James et de son univers en video

 
 

 

 NEW

Le site d'Hilary James

 

 

 


 
 
posté le 27-11-2009 à 21:25:56

Je le veux


En ce moment, je travaille sur un deuxième livre, l'histoire d'amour compliqué entre deux jeunes femmes.

Voici la présentation et les deux premiers chapitres (qui seront sans doute modifiés par la suite). Le troisième est en cours d'écriture.

 

Je vous laisse découvrir ça.

 

 

 " Je le veux "


' Les choses peuvent changer. Même au dernier moment. '
' L'histoire d'un coup de foudre qui va tout changer. '
' Deux femmes, un fiancé, un secret '


genre : comédie romantique

idée de base : une jeune femme sur le point de se marier voit sa vie bouleversée par l'arrivée d'une autre femme sans son existence paisible et rangée.

Amélie et Antoine forment depuis des années un couple model. Sur le point de se marier, tout semble aller pour le mieux lorsqu'une réunion de famille est prévue pour la préparation de la ceremonie, Amélie revoit Jesse, cousine volage d'Antoine et retirée de la famille. Elle se souvient alors leur baiser des années auparavant et de leur escapade. Rejetant au début ses sentiments, elle finit par tomber sous le charme de Jesse et s'enfuit avec elle. Mais elle va bien sûr devoir un jour revenir à la réalité et tout remettre au point avec son fiancé et sa famille.

 

 

1.


Mélanie était habituée aux longues et pénibles réunions de la famille d'Antoine, son fiancé depuis onze ans. Mais cette fois, il s'agissait d'un banquer réunissant la famille au complet. Ce banquet avait pour objectif de préparer le terrain quand viendrait celui du mariage. Elle n'était nullement stressée, elle connaissait la famille de son futur mari par cœur et ceux-ci l'appréciaient à sa juste valeur.

 

C'était donc dans une entière plénitude qu'elle se prépara ce dimanche matin. Elle fouilla dans l'armoire de sa chambre afin d'y trouver une robe adéquat pour cet événement. Après mûre réflexions, elle trouva une robe bleu marine flottante en forme de vague qui lui arrivait jusqu'au genoux, avec également un léger décolleté. Bref, juste ce qu'il fallait.


Elle s'en empara, fila dans la salle de bain et se mit à l'œuvre. En sous-vêtements, elle s'assit et commença à enfiler ses collants couleur chair, en faisant bien attention de ne pas les filer. Lorsque ceci fut correctement fait, elle passa à la robe et aux chaussures. Elle mis sa robe et ses bottes préférées, des noirs à petits talons. Elle prit bien soin de vérifier le tout, pivotant à droite puis à gauche quelques secondes devant son miroir, prenant bien soin de vérifier son décolleté.

 

Elle se jugea parfaite et se décida à passer à la coiffure et au maquillage. Elle s'était décidée la veille su la coiffure la plus appropriée : une demie queue associée à une tresse indienne. Ce qu'elle fit avant de finir avec le maquillage. Elle n'avait pas l'habitude de s'en mettre des tonnes sur le visage, mais pour la circonstance un peu d'embellissement s'imposait.

 

Elle commença d'abord par une touche de mascara, histoire de faire ressortir ses yeux noisettes, puis compléta le tout par une légère teinte de rose sur ses paupières, teinte que ses longs cheveux blonds foncés ondulés soulignent parfaitement. Elle s'occupa finalement de ses lèvres, les rendant les plus pulpeuses possible. En faisant tout ceci elle ne pensa miraculeusement à rien, préférant rester complètement concentré sur cette tâche qui consistait à s'embellir. Lorsqu'elle eut accompli tout ça, elle admira le résultat et se déclara enfin prête.


Elle rangea soigneusement la salle de bain, remit en place ses produits et en sortit finalement. Elle rejoignit la cuisine, contiguë au salon de son appartement et entreprit de se préparer un café. Mais à peine s'était elle diriger vers la cafetière que l'on sonna à la porte. Il était presque onze heures et l'heure à laquelle Antoine était censé venir la chercher pour qu'ils puissent se rendre ensemble à la salle où aurait lieu la réunion. Mélanie alla ouvrir et c'était effectivement Antoine, paré de son plus beau costume. Il avait coiffée convenablement ses cheveux bruns et avait même mis une cravate, lui qui détestait tellement en porter. Il entra dans la pièce, aussi fougueux et expressif que d'habitude. Il tenait dans sa main une rose rouge qu'il tendit à Mélanie.


« Salut mon trésor. Dit il jovialement en embrassant sa compagne. Fin prête pour le diner ? Oh, tu es ravissante.
- Eh oui, comme tu le vois. Merci pour le compliment. Répondit la jeune femme en saisissant la fleur. Veux-tu du café ?
- Non ça va, je te remercie. Il faut qu'on se mette en route vite pour arriver à l'heure. »


Sur ces mots, Mélanie saisit sa veste, prête à embraquer pour le voyage. Il ne mirent pas longtemps à sortir de l'immeuble et à monter dans la voiture d'Antoine. Le trajet fut long, marqué par un silence parfois pesant. Ce qu'il était parfois dans des situations semblables. Ils arrivèrent finalement à l'adresse indiquée, le commencement d'une longue soirée.


2.


Cette salle était pleine de monde, ce fut la première chose que vit le couple en entrant. Ils se mêlèrent à la famille et reçurent les félicitations de certains pour leur fiançailles. Les parents de Mélanie étaient également présents, étant de grands amis des parents du jeune homme. Ils s'éparpillèrent et engagèrent la conversation avec quelques autres. Mélanie embrassa ses parents et alla se servir un verre de punch au buffet, un buffet bien garni où il y en avait pour tout les gouts. Elle fut rejointe par Adrien, l'un des oncles de son fiancé, qui entama la conversation avec elle.

« Bien le bonjour mademoiselle. Et félicitation pour tes fiançailles avec mon neveu.

- Je vous remercie beaucoup monsieur.
- Appelles-moi Adrien.
- Adrien.
- Je me réjouis que tu fasses ton entrée dans cette grande famille. Je suis sûre que tu feras une excellente épouse pour Antoine.
- Merci beaucoup. C'est vrai que j'ai l'habitude avec sa famille. Nous sommes ensemble depuis l'âge de quinze ans. Et j'essaierais d'être une femme modèle pour lui.
- Je n'en doute pas. Tu me sembles être une femme comme il faut, tout ce dont Antoine a besoin. Il semble beaucoup t'apprécier.
- Je l'espère en tout cas.
- A mon avis, tu n'as pas de soucis à te faire. »

 

Ils furent bientôt rejoints par la mère d'Antoine, l'air déterminée et quelque peu contrariée.
« Mélanie ma chérie, que je suis contente de te voir. Dit-elle. Adrien, pourrais-je te parler un moment ?
- Bien entendu. Répondit-il. Excuse-moi Mélanie. »


Adrien suivit la femme, ne paraissant nullement surpris. Il croyait savoir de quoi il s'agissait et s'était attendu à cette éventualité. Mélanie les suivait des yeux, intriguée. Elle prit son verre et alla aux cotés d'Antoine qui l'a prit dans ses bras aussitôt près de lui.

 

La suite de la réception avant le diner se passa pour l'instant sans embûches. Mélanie vagabondait à droite à gauche, discutait avec des membres de la famille, observait l'atmosphère général. Durant l'une de ses observation elle remarqua une jeune femme, assez jeune, les deux mains dans les poches du pantalon de son costume féminin, les cheveux d'un noir très sombre plaqués en arrière avec une mèche rebelle. Mélanie la regarda longuement, comme subjuguée par cette étrange créature. Sans la quitter des yeux, elle interpella Adrien qui passait justement derrière elle. Adrien ne se fit pas prier et s'approcha d'elle.
« Adrien ?
- Oui ?
- Cette femme, qui est-ce ?
- Oh, tu l'a déjà croisé. C'est ma petite nièce, Jesse. Elle a à peu près ton âge. Elle était au mariage de ma fille et tu as joué avec elle. Mais tu ne l'a jamais revue parce qu'elle s'est brouillé avec le reste de la famille.
- Mais pas avec toi ?
- Non. Ils ne l'ont jamais comprise. Elle n'est pas comme ces petits bourgeois dont à l'habitude notre famille. Elle a quelque chose en plus. Elle s'est construite toute seule et n'a jamais eu besoin de personne. Elle te plairait beaucoup.
- C'est pour ça que la mère d'Antoine voulait te parler. Car tu l'as invité et que ça ne plait à personne.
- Exactement. Mais je voulais qu'elle soit là puisque elle fait partie de cette famille. Et puis je voulais que tu ais l'occasion de la revoir. »
Sur ces bonnes paroles, Adrien prit congés. Puis Mélanie se mit à rougir et se souvint brusquement.



Liens
audreyk.com

 


 
 
 

Ajouter un commentaire

Pseudo : Réserve ton pseudo ici
Email :
Site :
Commentaire :

Smileys

 
 
 
Rappel article